Le besoin d’avoir un espace d’expression a été le principal motif pour ces youtubeuses pour créer leurs chaînes.

Le besoin d’avoir un espace d’expression a été le principal motif pour ces youtubeuses pour créer leurs chaînes. C’est également, selon elles, le moteur qui les pousse à continuer de produire du contenu. Youtube serait-il un moyen de maintenir les liens avec le pays d’origine ?

Du divertissement à l’information

Résidentes à l’étranger, les youtubeuses marocaines présentent du contenu pour des fins de divertissement mais également pour l’information. Cette deuxième fonction bénéficie d’une façon très importante aux nouveaux arrivants.

Pour les personnes qui se trouvent depuis longtemps dans le pays étranger, elles peuvent devenir un relais relais d’informations. Ainsi, elles interviennent dans la section des commentaires pour, entre autres, compléter ou corriger l’information donnée par les youtubeuses.

Quel est le type d’information?

L’un des principaux rôles d’un média communautaire est d’informer. Ce rôle est repris par les youtubeuses. En effet, elles donnent 2 types d’informations: administrative et pratique. Pour la première, elle est souvent présentée sous forme d’expérience. Comment la youtubeuse elle même a passé par une procédure administrative.

En ce qui est du pratique, les youtubeuses et la communauté (via commentaires) informent sur les lieux où acheter ses aliments halal, où retrouver des produits spécifiques du Maroc (théière, épices, etc.), comment vivre les fêtes religieuses. 

Comment vivre les spécificités du pays d’origine dans le pays de résidence? 

La langue : du lien à la barrière

La référence constante à la culture d’origine, la comparaison du vécu au pays d’accueil, en plus de l’encouragement au commentaire nous indique une forme de communautarisme. Celui-ci est restreint aux personnes qui parlent ledialecte arabe marocain «Darija ».

D’où l’importance du choix de la langue que nous avons évoqué dans l’article précédent. Ainsi, nous sommes devant une formation d’un réseau qui exclu tous ceux ne savent pas parler la langue.

Une seule exception s’impose est celle de la chaîne Fatimahisokay. Celle-ci inclus un sous-titrage en anglais dans quelques-unes de ses vidéos. Ses vidéos sont pour la majorité des recettes, contrairement aux vidéos à référence culturelle qui ne l’ont pas. Nous pouvons expliquer cela par la difficulté de traduire la référence faite à une chose dans une culture en utilisant une autre langue que celle d’origine.

Le Maroc dans le monde

Nous avons fait plusieurs remarques intéressantes lors de notre travail sur cette série. Cependant celle qui nous a touché le plus est le conformisme de ces personnes, loin du territoire nationale, au territoire culturel.

Plusieurs des youtubeuses essayent de se montrer aussi « marocaines » qu’elles peuvent. Elles disent qu’elles vivent autant que marocaines « vraies », et essayent de le prouver en adoptant des gestes. Ces gestes du quotidien ne sont pas nécessairement fait par toutes les marocaines mais ils font une forte référence au passé culturel. A l’exemple de : se serrer la tête d’un voile pour faire le travail ménager, les préparatifs pré-hamam, etc.

D’autres essayent de combattre certains points référents dans la culture ou les stéréotypes. Fatimahisokay, par exemple, crée une série de vidéos qu’elle titre « le journal d’une femme au foyer », en Darija « يوميات إمرأة كالسة في الدار » . Par cette série la youtubeuse essaye de combattre l’idée que la femme au foyer est une femme qui ne fait rien toute la journée et la passe tranquillement devant la télévision.

Vivre dans un pays différent de celui dans lequel une personne a naquis et grandi est une expérience déstabilisante. Ainsi, la personne se retrouve devant un besoin de s’exprimer sur les différences, les similarités, les difficultés et les améliorations qu’a connu sa vie.


Cet article est le deuxième d’une série d’article d’analyse de 9 chaînes YouTubes tenues par des marocaines résidantes à l’étranger. Dans les articles qui suivent nous allons traiter d’investissement et du business model, des titres te contenus, de l’attitude à l’égard du pays d’origine et d’accueil, et du contrôle social.

Premier article: Darija, la langue du pays 

Le nom des chaînes étudiées: 
Ikram Bellanova, Souma, Malak World, Tout Pour Se Faire BelleIntissar’s Channel, Amina Oum Tesnim, Mouna Canada, By Imane, Fatimahissokay.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *