Dans cette série, nous allons traduire en clair chaque concept de côté, commençons déjà avec “la migration temporaire”.

Depuis peu, la communauté internationale s’intéresse, petit à petit, aux mobilités temporaires, saisonnières et circulaires. La sphère médiatique ne manque pas d’accompagner ce changement d’orientations de politiques migratoires. Ces 3 concepts ont vite gravi les échelons de la population. Résultat: Tout le monde en parle sans, parfois, faire attention aux différences entre ces 3 notions.

Dans cette série, nous allons traduire en clair chaque concept de côté, commençons déjà avec “la migration temporaire”.


Ces derniers temps, le concept de la migration temporaire a acquis une grande popularité. Il a été même publicisé comme étant une des réponses les plus « infaillibles » aux zones d’ombre liées aux migrations internationales. Suite à cela, de plus en plus de pays font appel à des travailleurs migrants pour des durées déterminées au préalable.

Commençons par les B A BA!

Avant de plonger dans les facettes cachées de ce type de migrations, nous allons, en premier lieu, fournir la signification de la “migration temporaire”.

Migration: Déplacement de personnes d’un lieu dans un autre, en particulier d’un pays (émigration) dans un autre (immigration) pour des raisons politiques, sociales, économiques ou personnelles, et qui est le fait soit d’une population entière, soit d’individus s’intégrant dans un phénomène de société plus large.

Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales

Temporaire: [En parlant d’une chose] Qui ne dure que pendant un temps limité. Synon. courtéphémère, momentané, passager, provisoire. [En parlant d’une pers.] Qui n’existe qu’un temps.

Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales

Comme son nom l’indique, toute migration temporaire symbolise un acte migratoire accompli par un individu n’ayant pas l’intention de se fixer pour de bon dans le pays d’accueil. Généralement, il s’agit de contrats à durée déterminée.

Des définitions “lacunaires”

Il faut savoir que la plupart des définitions de la migration temporaire, qui sont semblables à ce que nous vous avons présenté au début, n’incluent aucun critère légal ou politique. Certes, elles visent à simplifier la compréhension de la notion en question. Mais, elles comprennent, également, deux points inhérents d’un point de vue légal. D’abord, il n’existe aucune règle prédéfinie et absolue qui lève l’ambiguïté sur la durée qui pourrait déterminer si l’acte migratoire en question relève de la ‘migration temporaire’.
Ensuite, le retour ainsi que l’aspect temporaire du séjour ne peuvent être déterminés qu’ultérieurement (dans certains cas de migration).

Ainsi, certains pays préfèrent désigner les migrants temporaires comme étant des ressortissants de pays tiers nés à l’étranger a) qui disposent d’une autorisation de séjour temporaire et/ou b) qui n’ont pas droit à un statut de résident de longue durée. (Cas des étudiants qui partent en Erasmus par exemple) 

Comment sont gérés les programmes de migration temporaire?

Les migrations temporaires peuvent être réglementées tant que des dispositifs institutionnels sont mis en place. Ces mécanismes ont pour objectif de “déterminer le nombre de migrants admis, de surveiller la durée limitée de leur séjour à l’étranger et de sélectionner les profils et les compétences”.

Par conséquent, ces mobilités sont régies par des accords (des accords bilatéraux, des protocoles d’entente moins contraignants, des systèmes d’entrée unilatérale ou des accords multilatéraux).

Un migrant temporaire est-il forcément un migrant saisonnier ?

Il faut savoir qu’une migration temporaire n’est pas forcément une migration saisonnière. Cependant, toute migration saisonnière est une migration temporaire, nous allons vous montrer les nuances entre les deux notions dans notre deuxième article de cette série.

Similar Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.