Durant toute sa campagne électorale, Trump a insisté sur les questions d’immigration et de sécurité. Il a fait serment de construire un mur de 1 600 kilomètres à la frontière mexicaine afin de stopper l’immigration irrégulière.

Qui ne se souvient pas de la campagne électorale de Trump ? A une semaine des élections de mi-mandat, le président américain a tout misé sur une thématique qui réjouit sa base de supporters : l’immigration.

“Sécurisons la frontière ! Construisons le mur !” 

Durant toute sa campagne électorale, Trump a insisté sur les questions d’immigration et de sécurité. Il a fait serment de construire un mur de 1 600 kilomètres à la frontière mexicaine afin de stopper l’immigration irrégulière.

Le coût : entre 15 et 25 milliards de dollars

Le POTUS (President of the United States) avait mentionné un tarif entre 5 et 10 milliards de dollars. Cependant, plusieurs études ont démontré que la construction du mur Trump vaudrait 3 fois de plus.

Le cabinet Bernstein est d’avis qu’une enveloppe budgétaire de 15-25 milliards de dollars serait demandée pour réaliser ce mur en béton de 1.600 km de long, 12 mètres de haut, 2 mètres de profondeur et 25 cm d’épaisseur.

Trump enverrait la facture au Mexique pour le paiement

Lors d’une interview à ABC, Trump n’est pas descendu dans le détail de cette affaire. Pour lui, la compensation des frais de construction pourrait prendre plusieurs formes. Parmi ses propositions : la remise en question des accords commerciaux entre son pays et le Mexique ou des taxes sur l’argent envoyé par les immigrés à leur famille.

5 ans, 40.000 ouvriers

D’après l’entreprise Gleeds Worldwide, il faudra s’attendre minimum 5 ans pour la réalisation de ce projet qui nécessiterait l’emploi de 40.000 ouvriers.

21.000 gardes-frontières

A vrai dire, la construction de ce mur n’est que la première étape. 21.000 gardes frontières seraient indispensables pour le sécuriser. Selon une analyse de Politico, l’octroi des outils nécessaires à la sécurisation de ce projet (véhicules, chevaux, drones…) représenterait un budget annuel de 2 milliards de dollars.

Augmentation du nombre d’agents chargés de l’immigration

Dans son programme électoral, Trump avait prévu de multiplier par trois le nombre d’agents chargés de l’immigration. Il comptait aussi renvoyer les migrants sans papiers. Il avait planifié, également, une peine de prison fédérale de 2 ans minimum s à tous les immigrants expulsés qui reviendraient aux Etats-Unis.

Revisiter le droit du sol

Trump espérait réévaluer le droit du sol qui permet l’obtention de la nationalité américaine à ceux qui sont nés aux pays de l’Oncle Sam. Dans ses discours de la primaire, il a traité les Mexicains arrivés aux Etats-Unis de « violeurs ».

Similar Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.