clichés sur la migration

Ne dit-on pas, souvent, qu’une image vaut mille mots ? Notre cervelle est plus capable à saisir des données visuelles qu’une allocution interminable. Plusieurs photos de migrants sont publiées sur le net chaque jour. Certains clichés rencontrent un buzz médiatique et deviennent viraux dès leurs publications. C’est dans ce cadre-là que nous vous avons préparé une sélection de 4 images frappantes qui ont symbolisé le vécu des migrants dans le monde.

Sans plus attendre, on vous laisse avec cette sélection, non exhaustive.

3 Septembre 2015 : Aylan est devenu symbole de la “crise migratoire” en Europe

L’image du corps, sans connaissance, d’un enfant syrien retrouvé sur une plage en Turquie, a fait le tour des réseaux sociaux. Dès sa publication, le cliché est devenu de triste mémoire. Il a fait naître de vifs débats dans “le Vieux continent”.

L’enfant, mort par noyade, s’appelait Aylan Kurdi. Il avait trois ans et était originaire de Syrie. D’origine kurde, sa famille fuyait la ville symbole de Kobané, courue après par l’Etat islamique. Aylan était avec sa famille sur un bateau en direction l’île de Kos, en Grèce, qui a échoué en Turquie.

Aylan est une des douze personnes qui ont rendu l’âme lors de cette tragédie. Son frère de cinq ans est aussi monté au ciel tout comme leur mère Rehan. Par contre, le père de la famille, Abdullah est resté en vie.

D’après le Guardian, la famille d’Aylan avait en tête de rejoindre des membres de leur famille au Canada, mais leur demande d’asile avait été déclinée.

26 avril 2018 : Clichés scandaleux de migrants rabaissés à Tel-Aviv

26 avril dernier, une nouvelle photo a suscité un battage médiatique intense. On y repère un homme noir, dans la fleur de l’âge, ayant le torse découvert, tiré par les cheveux par un homme en joie qui se prend en selfie avec lui.  La belle humeur de l’homme en T-shirt rouge ne passe pas inaperçue sur les images.

Jonathan Small n’a pas manqué de souligner que ce n’est pas la seule personne qui a accompli cet acte barbare. En effet, un groupe de plusieurs individus ont approché deux migrants et ont commencé à les humilier.

Celui qui a immortalisé cet instant a révélé que les personnes qui ont assisté à cette scène n’ont pas réagi sur-le-champ. Certes, elles ont pris des photos, mais elles n’ont pas passées aux actes pour arrêter ces humiliations infligées aux migrants.

Juin 2018 : Une publicité de Benetton fait polémique en Italie

Ce n’est pas la première fois que le groupe italien d’habillement Benetton se fait remarquer par ses campagnes de publicité outrageantes. Le groupe a profité de deux doubles pages dans La Repubblica et Corriere della Sera pour y placer deux publicités qui ont entretenu une polémique en Italie. Il s’agit de deux images photographiées lors de sauvetages de migrants.

La première photo a été prise par un photographe durant une opération de sauvetage. Elle expose à la vue des migrants sur une embarcation vêtus de gilets avec en bas le nom de la marque « United Colors of Benetton ».

Le 2e cliché présente des mères et leurs enfants qui patientent d’être aiguillés par la Croix-Rouge.

La campagne a fait pousser les hauts cris de l’ONG SOS Méditerranée qui a condamné l’utilisation de ses clichés à des finalités publicitaires. L’ONG a signalé que  la dignité des survivants doit être tenue en grand honneur à tous moments.

2 Juillet 2018: Une image de couverture “choc” de Time

La Une de Time,  l’hebdomadaire américain au plus fort tirage, a été encore bien méditée dans son édition du 2 juillet 2018. Elle montre une petite fille en pleurs qui se tient devant Donald Trump. Le président américain a le regard déterminé et surtout victorieux. Cette petite fille est une enfant hondurienne âgée de deux ans. Elle a été photographiée lors de l’arrestation de sa mère au Texas.

Ceci s’inscrit dans le cadre de la politique migratoire que Trump veut instaurer en Amérique pour que le quatrième continent ne se transforme pas en camp pour migrants. Cette politique de “tolérance zéro” vis-à-vis de l’immigration irrégulière a causé la séparation de plus de 2300 mineurs de leurs parents. (Avril – Juin 2018)

Similar Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *